Royaume-Uni : l’éclatante réussite!

Alors que la France procrastine, Cameron enfonce l’accélérateur contre la dépense publique et les syndicats. Londres va-t-il définitivement éclipser Paris ?

Londres

Depuis la brillante réélection du conservateur David Cameron en mai dernier, une nouvelle énergie secoue le Royaume-Uni. Lors de son premier mandat, Cameron avait dû composer avec le petit parti démocrate de Nick Clegg et limiter ses réformes, qui avaient néanmoins abouti à la création de 1,8 million d’emplois, la suppression de 500 000 postes de fonctionnaires, la réduction du chômage de 8,3 à 5,4 % et un retournement de la croissance passée franchement du rouge au bleu. En France, on s’en contenterait largement, mais pas le Prime Minister britannique.

Cercle vertueux

Libéré des contraintes que lui imposait Nick Clegg dont le parti a fini par imploser à force d’avoir le cul entre deux chaises, il a mis le pied sur l’accélérateur et relancé les réformes qu’il avait annoncées. Exemples : baisser à 18 % le taux d’imposition sur les sociétés et réduire encore plus les dépenses publiques sur les cinq prochaines années en les ramenant à 36 % du PIB – elles ont dépassé 57 % en France –, ce qui implique sur la période des économies supplémentaires de 85 milliards d’euros.

Comme généralement tout s’enchaîne quand on est entré dans un cercle vertueux, une bonne nouvelle est venue confirmer le dynamisme de l’économie britannique : la Banque d’Angleterre a relevé la semaine dernière ses prévisions de croissance pour 2015, les portant de 2,5 % à 2,8 %. Cameron en aurait appris la nouvelle avec un sourire : c’est 3 % de croissance qu’il vise, lui, en 2015 !

Cette Banque d’Angleterre a la particularité d’être dirigée depuis deux ans par un citoyen canadien, Mark Carney, un véritable génie de la finance qui avait magnifiquement réussi à la tête de la Banque du Canada. Sa nomination à Londres avait beaucoup choqué la vieille garde et les traditionalistes bornés, car c’était la première fois qu’on nommait un étranger au poste de gouverneur de cette institution depuis sa création en 1693.

Encadrer le droit de grève

Mauvaise nouvelle en revanche pour les usagers du Tube, le métro londonien, dont les conducteurs se sont mis en grève une nouvelle fois pour protester contre le lancement d’un service de nuit pendant les week-ends, lancement prévu le 12 septembre, quelques jours avant la Coupe du monde de rugby. Les conducteurs de train, ceux qui travaillent le moins et qui gagnent le plus, considérant qu’on cherche à « détruire l’équilibre vie/travail des employés », veulent renégocier les compensations financières prévues.

Le maire de Londres, Boris Johnson, interpellé par des syndicalistes, a rappelé que ce service de nuit ne sera confié qu’à des volontaires et que les avantages proposés sont « extrêmement généreux ». Il en a profité pour dire aux leaders de la grève qu’ils étaient « complètement crétins ». David Cameron, de son côté, s’est trouvé conforté dans son objectif de s’attaquer aux abus des syndicats et continue d’avancer dans son projet d’encadrer strictement le droit de grève. Les Londoniens commencent à en avoir assez des grèves à répétition et particulièrement dans leur Tube, celle du 8 août dernier étant la seconde en un mois, des mêmes conducteurs et pour les mêmes raisons.

La réussite de JC Decaux

Du métro, remontons à la surface sur le macadam londonien, car voici une grande nouvelle pour une entreprise française, JCDecaux, qui vient d’arracher le contrat des abribus des transports urbains de Londres à son concurrent Clear Channel UK qui le détenait depuis une trentaine d’années. Il s’agit là du plus important contrat d’affichage publicitaire au monde, d’une valeur de 700 millions d’euros sur une durée de 8 ans. JCDecaux avait déjà une belle présence à Londres dans les aéroports, les gares et le centre-ville. « Cela renforce notre position de leader au Royaume-Uni », a expliqué Jean-François Decaux, président du directoire et codirecteur général de la société avec son frère Jean-Charles.

Les frères Decaux, qui ont pris la suite de leur père, ont l’intention de faire de leurs implantations à Londres la vitrine digitale mondiale de leur société, présente dans 55 pays sur quatre continents et qui est numéro un mondial du mobilier urbain et de la publicité extérieure. L’histoire est d’autant plus belle que Jean-Claude Decaux, le fondateur de l’entreprise, totalement autodidacte, avait démarré très jeune à Beauvais. Encore lycéen, il avait monté à l’âge de 15 ans une campagne locale d’affichage pour le magasin de chaussures de ses parents et avait créé sa première société à 18 ans.

La famille Decaux est 14e fortune professionnelle de France dans le dernier classement de Challenges. Que cette saga ait débuté dans la boutique d’un marchand de chaussures de Beauvais montre bien qu’un certain génie français est toujours capable d’exploits, à condition qu’on veuille bien le laisser prendre son envol.

Le match Paris/Londres

Enfin, dans la bataille entre Londres et Paris pour remporter le titre de la ville la plus touristique du monde, Paris avait gagné en 2014 avec 19,2 millions de visiteurs internationaux contre 17,4 millions pour Londres. Il n’est pas sûr que la capitale française conserve son titre en 2015, Londres venant de hausser ses prévisions à 18,8 millions de touristes grâce à « la culture qui est la raison principale pour laquelle on visite Londres » d’après Gordon Innes, qui dirige l’organisme de promotion de la capitale britannique. Après avoir perdu la guerre économique, ce serait à désespérer si nous devions perdre également la « guerre culturelle »…

Le Point

Dominique IAKHLEF


Cliquez sur ce QR code pour
recevoir ma vCard actuelle… et à venir

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :