Trois entreprises du CAC 40 en train de délocaliser à Londres une partie de leur état-major

Trois entreprises du CAC 40 en train de délocaliser à Londres une partie de leur état-major

L’exil fiscal s’amplifie face à la folie fiscale française. Trois entreprises du CAC 40 seraient ainsi en train de délocaliser une partie de leur état-major.

Selon une information parue aujourd’hui dans les Echos, trois entreprises du CAC 40 seraient actuellement en train de transférer à Londres une partie de leur état-major. Le quotidien économique, sans citer de source nommément ou de nom d’entreprise, indique que l’information provient « d’un des plus éminents notaires parisiens ».

Toujours selon la même source, plus d’une centaine de cadres dirigeants serait concernée par cette délocalisation partielle des sièges, dont la motivation ne fait aucun doute : « tous répondent au même objectif : profiter d’une fiscalité plus avantageuse pour les cadres dirigeants ». Au vu de la détestation actuelle « des riches » en France, les entreprises en question « étaleraient sur deux ou trois ans [les délocalisations] pour plus de discrétion. »

Une des entreprises a mené une étude sur les coûts de la délocalisation et a constaté que les cadres de l’entreprise passaient près de la moitié de leur temps à l’étranger, rendant leur localisation n’importe où ailleurs peu impactante.

L’exil fiscal connaît une croissance sans précédent depuis l’arrivée au pouvoir de François Hollande et la hausse massive d’une fiscalité déjà l’une des plus élevées au monde. Selon Jean-Michel Fourgous, sur 2012, 5 fois plus de personnes assujetties à l’ISF qu’en 2011 auraient fuit l’enfer fiscal français pour trouver des cieux plus cléments. La facture est lourde pour la France, qui perd outre des capitaux et des rentrées fiscales importantes, de nombreux talents, découragés par une fiscalité qui détruit tout intérêt à entreprendre. A l’inverse, le Royaume-Uni a fait à de nombreuses reprises des appels du pied aux victimes de la fiscalité française, les encourageant à venir créer et entreprendre à Londres plutôt qu’à Paris.

Cette information, qui n’a rien de surprenant au vu de la folie fiscale actuelle, vient confirmer que la France est tombée depuis longtemps du mauvais côté de la Courbe de Laffer : la hausse de l’imposition détruit les revenus en tuant la prise de risque et en nourrissant l’exil fiscal. A l’inverse, réduire l’imposition permettrait de relancer les rentrées fiscales en encourageant la prise de risque et en stimulant l’activité.

Alexis Vintray. Contrepoints

Pour créer votre société en Angleterre contactez-moi: Dominique IAKHLEF  cubink.co.uk

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :