Damien Hirst à la Tate Modern de Londres: le business art au musée

Image

Image

En parcourant l’exposition Damien Hirst à la Tate Modern de Londres, on se dit que le public pourra certes toucher du doigt (ou presque) les oeuvres dont il a tant entendu parler dans la presse, mais pas sûr qu’il y trouve le moyen d’y voir clair dans cette oeuvre confuse et complexe.

L’évènement est d’ailleurs « vendu », annoncé comme étant l’un de ceux qui égrènent la saison « London 2012 Festival », c’est à dire le point culminant l’Olympiade culturelle. A Londres, il n’y a donc pas que les JO du sport, il y a aussi ceux de la culture. Hirst sera-t-il médaille d’or?

 Image

Cette exposition est aussi annoncée comme une rétrospective, mais c’est plutôt une impression de désordre qui en ressort.

La première salle est consacrée à ses premiers travaux (assemblage de blocs de bois colorés, premier shot painting, non automatisé). Mais les très intéressantes peintures à partir d’ailes de papillons,  également des débuts, se retrouvent vers la fin du parcours.  De même les spot painting côtoient les cages d’animaux dans le formol, alors que, comme le dit Chris Dercon, directeur de la Tate Modern, il n’y a pas de lien entre ces deux types d’oeuvres.

Damien Hirst est un chef d’entreprise

Il emploie des assistants pour faire ses « shot painting » (avec les points colorés) ou ses « spin painting » (chutes de couleur sur des toiles circulaires en mouvement) , il fait travailler une équipe pour les animaux dans le formol, et il a organisé lui-même une vente aux enchères en 2008 de ses propres oeuvres, histoire de botter les fesses du marché de l’art. Il est aussi co -acheteur de sa propre oeuvre, « For the Love of God », le fameux crâne couverts de diamants.

Il vit et travaille en Angleterre mais aussi au Mexique (ce qui n’est pas pour rien dans sa réflexion sur la mort). Exposer à la Tate Modern c’est pour lui enfin être reconnu par une grande institution muséale. 

Ne figurent pas dans l’exposition ses toutes dernières peintures. Est ce parce qu’elles n’ont pas vraiment séduit les acheteurs pour l’instant, pas plus que les critiques?

En marge de l’exposition, il faut voir le documentaire qui lui est consacré pour se rendre compte de ses premières tentatives artistes avec les objets de rebus (panneaux de bois avec morceaux de récup’). Les photos des détritus, arrières-cours, décharges qu’il a côtoyé étant jeune sont la source de son inspiration première.

Le film montre aussi le travail sur les carcasses d’animaux avant qu’elles ne deviennent des oeuvres de Damien Hirst. Ses équipes sont chargées de préparer les animaux pour qu’ils ne se décomposent pas.

On perçoit mieux comment l’absence de dialogue avec la mort dans notre société est un sujet de réflexion pour lui, de même que le délitement de la société.

(Damien Hirst, Thoughts Work Life)

Personnellement, je trouve que les travaux de Hirst, même les plus répugants (tête d’animal baignant dans le sang, rongé par les mouches qui elles mêmes grillent à vif dans une cage de verre), sont un reflet fidèle de notre monde. Ces aspects là de nos pratiques apparemment banales sont bien plus gênants que le fait qu’un artiste les imite. Mais pour quelqu’un comme la critique d’art Judith Benhamou-Huet, Hirst manque le coche sur ce terrain là. Car au final il dit lui-même que son concept c’est du « bidon ».

Le célèbre crâne en diamant sera visible gratuitement en marge de l’exposition dans le Turbine Hall de la Tate Modern. Attention, il faut se présenter sans sac aucun, et se glisser dans un cube noir de 5 mètres carrés environ.

Image

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :